Apprentissage

  • J. Beillerot (1989) 
    Processus créateur pour penser et agir, faisant de tout sujet un auteur de savoir.
  • M. Delevay (1992)
    C'est un processus mystérieux par lequel un sujet se transforme et généralement s' enrichit psychiquement en prélevant de l'information dans son milieu de vie.
  • R. Legendre (1993)
    Acte de perception, d’interaction et d’intégration d’un objet par un sujet. Acquisition des connaissances et développement d’habiletés, d’attitudes et de valeurs qui s’ajoutent à la structure cognitive d’une personne. Processus qui permet l’évolution de la synthèse des savoirs, des habiletés, des attitudes et des valeurs d’une personne.
  • R. Vienneau (2011)
    Processus interne, interactif, cumulatif et multidirectionnel par lequel l’apprenant construit activement ses savoirs. 

Par Joël Nadeau, le 22 novembre 2021

L'apprentissage vu par le socio-constructivisme
Le socio-constructivisme défend que l'individu construit ses connaissances par le biais de l'expérimentation et de la découverte. Néanmoins, cette approche met d'avantage l'emphase sur l'importance de l'environnement social et culturel dans l'apprentissage. Si la construction d'un savoir est personnelle, celle-ci s'effectue, cependant, dans un cadre social. Effectivement, l'individu n'est pas seul, il est entouré d'autres personnes qui ont un impact sur lui et son développement. Bruner et Vygotski sont deux penseurs influents du socio-constructivisme, défendant que le développement intellectuel de l'enfant ne peut se concevoir sans les interactions sociales entre lui et son environnement.

Par Joël Nadeau, le 22 novembre 2021

Selon De Ketele (1989) l’apprentissage est un processus systématiquement orienté vers l’acquisition de certains savoirs, savoir-faire, savoir-être et savoir-devenir. Giordan (1989) a différentié 4 dimensions de l’apprentissage : cognitive, affective, méta cognitive et sociale. Grooaters (1994) classifie 4 objets d’apprentissage : les connaissances, les compétences, les habilités et les attitudes.

 

Par Joël Nadeau, le 22 novembre 2021

L'apprentissage vu par le constructivisme
Pour Jean Piaget, apprendre c'est construire des connaissances au cours de son développement. Cette construction suppose que chaque sujet acquiert des outils conceptuels (mentaux) qui lui permettent de comprendre le monde dans lequel il est et de se l’approprier. C'est parce que l'homme est actif qu'il acquiert des connaissances : elles se construisent par ceux qui apprennent. Nécessairement, l'acquisition des connaissances suppose l'activité des apprenants (manipulation d'idées et de conceptions). Cette activité bouscule et contrarie les manières de faire et de comprendre de l'apprenant. L'individu devient protagoniste actif du processus de connaissance. Pour Jean Piaget, celui qui apprend n'est pas simplement en relation avec les connaissances qu'il apprend. Il organise son monde au fur et à mesure qu'il apprend en s'adaptant. Cet auteur insiste sur la nature adaptative de l'intelligence et sa fonction organisatrice et structurante. Cela implique deux processus d'interaction de l'individu et son milieu: l'assimilation et l'accommodation. Il ne suffit pas de voir, de percevoir (théorie empiriste), mais il faut agir et expérimenter.

Le modèle constructiviste considère « l'apprendre » comme le résultat d'une construction des savoirs.

Par Joël Nadeau, le 22 novembre 2021