Économie circulaire

Les tenants de l’économie circulaire aspirent à ce que des changements en profondeur dans nos modes de production et de consommation nous permettent de réduire suffisamment notre utilisation des ressources pour réduire au maximum notre empreinte écologique et prévenir l’aggravation de la crise écologique. L’économie circulaire se définit comme «un système de production, d’échange et de consommation visant à optimiser l’utilisation des ressources à toutes les étapes du cycle de vie d’un bien ou d’un service, dans une logique circulaire, tout en réduisant l’empreinte environnementale et en contribuant au bien-être des individus et des collectivités.»

 

Pour se concrétiser, une telle économie s’appuie sur la mise en place de stratégies complémentaires : écoconception, économie collaborative ou de partage (bibliothèques d’outils, mutualisation de moyens de transport, etc.), don et revente, économie de fonctionnalité (location d’un usage plutôt que vente d’un produit), entretien et réparation,reconditionnement, réusinage, symbioses industrielles, recyclage, valorisation.

 

[1]Cette définition de l’économie circulaire est disponible sur la plateforme Québec circulaire

 

Par Marie-France Bellemare, le 4 octobre 2019

L’objectif poursuivi par le modèle d’économie circulaire est la découplage, c’est-à-dire la séparation entre, d’une part, la croissance économique et, d’autre part, la sur-utilisation de ressources naturelles non-renouvelables. Pour ce faire, on y propose d’allonger la durée de vie de certains produits et intrants (écoconception, réemploi, recyclage et réutilisation). Autrement dit, l’économie circulaire vise une optimisation de l’utilisation des ressources matérielles et vue de réduire la quantité de déchets émise au terme de la production de marchandises.

Source :

Le Labo de l’Économie sociale et solidaire http://lelabo-ess.org/+-economie-circulaire-166-+.html

Par Charles Guay, le 27 février 2020