Territoire

Selon Claude Raffestin, le territoire est un espace transformé par le travail humain. une transformation de l’espace par l’homme influencé par les informations à dispositions dans sa culture. Ainsi, en simplifiant la pensée de Claude Raffestin, on peut dire que le territoire est un espace auquel l’homme a donné du sens.

Bernard Debarbieux, propose une conception du territoire comme des ressources matérielles et symboliques ayant la capacité de structurer l’existence pratique des individus tout en étant créateur d’identité

Selon Marie-Christine Jaillet, il est illusoire de considérer aujourd'hui que le territoire correspond au cadre de vie d'une communauté. En effet, les modes de vie ne s'organisent plus tellement autour de la proximité mais autour de la mobilité.

Chez les anglo-saxons, la géographie classique est tournée vers la notion de region, la géographie quantitative vers celle de space, la géographie humaniste vers le concept de place et la géographie culturelle vers celui de landscape. Finalement, il semble que les géographes aient fini par converger principalement vers la notion de place dans les années 1980. Ainsi, la prise de distance par rapport au concept de territory s'effectue à travers l'usage de la notion de place qui se voit investie de dimensions sociales, culturelles et politiques.

Le territoire et la modernité

Peut-on parler de la « fin du territoire » et l'avènement du « village monde » sous l'impulsion des nouvelles technologies de communication et l'essor des transports ? On pourrait comparer l'espace à la culture : pas plus que la culture, l'espace ne s'est uniformisé avec la mondialisation et les NTIC. Au contraire l'activité humaine tend à créer en permanence des clivages, des frontières séparant l'espace en autant de territoires différents les uns des autres.

L'espace à la fois « actif » et « contexte », définit aujourd'hui l'économie territoriale ». La notion de territoire correspond à différents niveaux de réalité, désignant à la fois : un ensemble de facteurs matériels et immatériels proches géographiquement qui permettent par exemple des économies d'agglomération (effet externes positifs) ; un réseau économique et social qui favorise l'émergence d'un capital social localisé ; une gouvernance locale qui rassemble les acteurs privés et les administrations publiques.

Par Patrick Merrien, le 20 septembre 2018