Publication du Rapport n°2 de l’étude « ESS et création de valeur : une approche prospective de la mesure d’impact social »

Les porteurs du projet "ESS et création de valeur" (La Fonda, le Labo de l’ESS et l’Avise), en France, ont rendu public, fin juin, le second rapport de leur projet.

Celui-ci recourt à la notion de chaine de valeur étendue afin d’analyser l’impact social d’une activité à finalité sociale. L’expérimentation auprès de 5 projets d’innovation sociale permet dès maintenant d’identifier quelques caractéristiques de la création de valeur :

  • Plusieurs projets d’innovation sociale permettent de re-créer de la valeur, c’est-à-dire de mettre en valeur les ressources déjà existantes au sein d’une communauté en favorisant leur adéquation avec les besoins du milieu. Par exemple, une entreprise d’insertion ou un système d’échange local ne font pas juste créer des emplois ou une monnaie, ils permettent à des individus de développer et valoriser leurs compétences en trouvant des besoins auxquels ils peuvent répondre. Cette observation est particulièrement vraie dans le secteur des services où la proximité est un facteur important.
  • La valeur n’est jamais créée seule, elle est plutôt co-construite. Cela implique que les activités sur un territoire doivent viser à être complémentaires. Les interventions qui visent le bien-être des individus doivent être coordonnées plutôt que segmentées afin d’être pertinentes.
  • La valeur est le fruit d’une convention. Celle-ci peut être basée sur une mesure experte, sur une négociation ou encore sur une délibération collective. Idéalement, l’ensemble des parties prenantes d’une chaine de valeur au sein d’un territoire donné (producteurs et utilisateurs) devraient parvenir à s’entendre sur ce qui a de la valeur et donc sur ce qui doit être fait et récompensé.
  • Conséquemment, l’évaluation de l’investissement social doit être plus que le calcul des coûts et avantages monétaires d’une intervention, et viser à reconnaitre la contribution de chacun à un bien commun.

Ces caractéristiques sont tirées du rapport aux pages 8 à 23. Le reste du document contient les actes d’une journée d’étude sur ce thème (p. 26-89) ainsi que trois monographies portant sur des projets d’innovation sociale (p. 90-103).

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.