Cri du coeur de la Coalition Coeurs de villes et villages

Les coeurs de villes et de villages sont l’âme de toute communauté.  Observez la rue principale d’une communauté et ça vous en dira long sur son mode de vie, son tissu social, son dynamisme économique et culturel, sa fierté, son sentiment d’appartenance et ses valeurs. 

Hélas, “depuis qu’ils ont construit le centre d’achat, le Mc Donald” et la voie de contournement, plusieurs coeurs de villes et de villages “en arrachent”.   De nombreux “massages cardiaques” sont faits depuis au moins deux décennies un peu partout au Québec avec plus ou moins de succès. On aime à penser que sans ces “massages”, il y a longtemps que tout serait mort.  “C’est pas faux”, mais regardons les choses en face, le mode de vie prôné depuis 50 ans oblige le maintien des manoeuvres de réanimation, à quel coût social, économique et environnemental pour chaque municipalité?

La Coalition Coeurs de villes et villages lance donc son cri du coeur : revoyons donc nos façons de vivre collectivement et ressuscitons pour de bon nos âmes territoriales! 

Les municipalités, les acteurs locaux et les citoyens ont besoin du soutien financier, du leadership et de l’engagement de l’État, au moyen d’un plan d’action complet à court, à moyen et à long termes. Dans ce sens, la Coalition propose des mesures spécifiques :

  • Pour compenser les pertes subies par l’offre commerciale de proximité durant cette crise, l’État doit soutenir les municipalités qui pourront ainsi déterminer les mesures les plus appropriées à leur contexte.

  • Les campagnes gouvernementales en faveur de l’achat local doivent promouvoir spécifiquement les commerces des cœurs de villes et de villages. 

  • Les acteurs publics devront montrer l’exemple par des politiques d’achats responsables, remplaçant la règle du plus bas soumissionnaire par la prise en compte des retombées complètes.

  • Les municipalités doivent avoir les moyens de requalifier leurs artères commerciales et leurs noyaux villageois. 

  • Les activités et les événements culturels doivent être davantage soutenus.

  • Des campagnes de promotion touristique doivent mettre de l’avant les cœurs de nos collectivités.

  • Des grands chantiers de restauration des bâtiments patrimoniaux doivent être lancés, non seulement pour mettre en valeur notre culture, mais aussi pour créer de l’emploi local.

  • Pour toute nouvelle construction publique (logements sociaux, services publics,...), il faut privilégier les cœurs de villes et de villages.  Plusieurs emplacements névralgiques y sont actuellement sous-utilisés.

Globalement, la Coalition fait aussi référence aux 20 propositions du groupe de 15 organismes présentées le 3 avril 2020.

  • Mettre le Fonds des générations à contribution pour accélérer les investissements dans la lutte contre les changements climatiques.

  • Déployer une offre de produits de financement mixte dans des projets structurants de lutte contre les changements climatiques.

  • Accroître les achats de produits et services québécois.

  • Soutenir l’accès numérique aux services essentiels et à l’emploi (télétravail).

  • Soutenir le développement d’une économie plus équitable et durable.

  • Accompagner les travailleurs et travailleuses dans la transition juste vers une économie sobre en carbone et résiliente.

  • Accélérer les investissements dans le développement et le maintien des infrastructures de mobilité durable, et misant sur l’électrification.

  • Accélérer les investissements dans le maintien des actifs du réseau routier plutôt que dans le développement de la capacité routière.

  • Soutenir massivement l’électrification et l’intermodalité du transport de marchandises.

  • Soutenir l’écosystème d’entreprises québécoises des technologies propres, notamment en l’électrification des transports.

  • Soutenir les agriculteurs québécois à travers une initiative d’autonomie alimentaire qui vise à hisser à plus de 50% la proportion d’aliments provenant des fermes du Québec dans l’assiette des Québécois.

  • Soutenir le cœur des collectivités et le commerce de proximité.

  • Soutenir les municipalités dans le virage de la transition climatique par des milieux de vie innovants.

  • Construire des dizaines de milliers de logements sociaux et communautaires, bien ancrés dans leurs quartiers ou noyaux villageois d’ici 5 ans.

  • Lancer un vaste chantier de rénovation écoénergétique des bâtiments.

  • Faire une proposition de partenariat «nation à nation» à l’endroit des Premières Nations et Inuits du Québec pour codéciderdes priorités d’investissement du plan national de relance affectant leurs communautés.

 

Les membres de la Coalition Cœurs de villes et villages : Béatrice Alain, directrice générale, Chantier de l’économie sociale ; Jean-Pierre Bédard, président, Regroupement des sociétés de développement commercial du Québec ; Renée Genest, directrice générale, Action patrimoine ; Jeanne Robin, directrice principale, Vivre en Ville ; Christian Savard, président exécutif de Rues principales ; Caroline Tessier, directrice générale, Association des sociétés de développement commercial de Montréal.

 

 

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.