Habitation pour plus de 65 ans, où en est-on au Québec?

Hélas, je ne fais que poser la question, je n'ai pas de réponse, mais j'aimerais bien en avoir.  Alors, si vous avez des pistes actualisées, merci beaucoup de commenter.

Suzanne Garon, Université de Sherbrooke, est l'une des spécialistes de la recherche sur les plus de 65 ans, elle est, entre autres, à l'origine du programme "Municipalités amies des aînés".  Je viens de retrouver un de ses cahiers collectifs d'information et de sensibilisation " Habitation pour aînés" de 2016 ainsi que cette présentation "Permettre aux aînés de vieillir chez soi dans sa communauté" faite lors du 27e Colloque du Carrefour action municipale et famille du 7 mai 2015.

On peut notamment retenir du cahier "Habitation pour aînés" que :

  • l'habitation est l'un des éléments structurants de la qualité de vie des aînés,
  • Le nombre de Québécois âgés de 80 ans ou plus devrait doubler entre 2006 et 2031, puis doubler à nouveau entre 2031 et 2046.  On estime qu’il y aura plus d’un million de personnes âgées de 80 ans ou plus au Québec en 2056.
  • 46 % des personnes âgées de 65 ans et plus consacrent plus de 30 % de leurs revenus brut au logement (seuil d'abordabilité).  
  • 48 % des ménages de 75 à 84 ans et 59 % des ménages de 85 ans et plus dépassent le seuil d’abordabilité.
  • 64 % des femmes de 85 ans et plus consacrent plus de 30 % de leurs revenus brut au logement. 
  • la perte d’autonomie modérée à grave s’accentue avec l’âge: 26,1% (65ans+) 59,1% (85ans+)
  • on voit se dessiner une succession de milieux de vie où chaque nouvelle étape d’évolution dans la perte d’autonomie est accompagnée d’un changement d'organisation et, pour l’aîné, un changement d’établissement résidentiel. Sachant que le relogement d’un aîné fragilisé par la maladie (physique ou cognitive) peut avoir des conséquences dramatiques sur son état général, ce portrait est très préoccupant.
  • cinq modèles pourraient éviter cet enjeu de relocalisation en fonction de l'évolution de la perte d'autonomie (voir dans le cahier tous les détails et des exemples pour chacun des modèles):
    • le modèle évolutif scandinave : la maison centre de services, 
    • deux modèles de petite taille : l'habitat partagé et la formule "petite maison" - "green house"
    • deux modèles autogérés : le cohabitat et la coopérative de solidarité en habitation.
  • le développement d’un projet d’habitation communautaire pour aînés est positif pour l’économie locale, que ce soit l’économie du quartier en milieu urbain ou celle du village en ruralité. Les Coop-H et OSBL-H maintiennent les gens – aînés ou autres clientèles – dans leur milieu d’appartenance.

Alors qu'en 2017, la moitié des petites résidences ont du fermer faute de pouvoir se mettre aux normes, Suzanne Garon sonnait l'alarme : « Avec le vieillissement de la population qui s'accélère, il faut brasser la boîte, il faut sortir de nos idées préconçues. Au Québec, on ne connait qu'un seul modèle, celui des grosses résidences. Pourtant, ailleurs, il y a plein d'autres modèles qui fonctionnent très bien ».

La crise vient de nous démontrer la fragilité des plus de 65 ans lorsqu'ils rejoignent les résidences autonomes ou semi-autonomes de très grande taille et surtout les CHSLD. 

Sur ce dernier point des hébergements de soins longue durée, la ville de Dax (France) vient de lancer un modèle inédit "un village Alzheimer" (vidéo). Il s'agit du troisième au monde après Rome et Amsterdam. Le projet est scruté à la loupe par les chercheurs et pourrait bien révolutionner l'accueil des aînés les plus fragiles. 

Financé en grande partie par le département (équivalent d'une MRC) au coût d'environ 45M$, ce village accueille des malades d'Alzheimer de tous les âges. Il est fermé, mais donne l'illusion d'un village tout ce qu'il y a de plus normal.  Un terrain de pétanques, une épicerie, un potager, un restaurant, un coiffeur, une médiathèque. On y chante, on y danse, on s'y amuse. Ici pas de blouse blanche ni de stéthoscope sur les épaules pour le personnel soignant.  Tout est fait pour renforcer le lien social, stimuler les personnes tout en évitant les médicaments à outrance.  Pas de contrainte, c'est comme à la maison.  Spécificité française, le village est à la fois lieu d'accueil et centre de recherche médicale.

Bon alors, où en sommes-nous au Québec?  Des références?  Des pistes?  Merci!

---

Josée Belleau 7 septembre 2021 à 17:51

Les ''Radical Rest Homes" ou "Maisons solidaires" : https://www.radicalresthomes.com/ Les promotrices: Janet Torge et Louise Quinn, en lien avec le NDG Senior Citizen Council

---

Vanessa Sorin 8 septembre 2021 à 8:45

Merci beaucoup Josée pour cette superbe inspiration ! Es-tu en contact avec les promotrices ?

---

Jerry Espada 12 juillet 2021 à 11:56

La coopérative Chamarel-les-Barges (France) pour vieillir autrement.
https://www.carenews.com/carenews-info/news/on-ne-peut-pas-dire-on-va-ac...

Chaque personne membre de la coopérative ne possède pas son appartement, mais des parts sociales de la coopérative. Les habitants ne sont ni propriétaires, ni locataires.

Si un membre décide de quitter l’immeuble, la valeur des parts sociales qu’il possède lui reviendra et non la valeur de son appartement, même si celui-ci a connu une plus-value. Le principal objectif de la coopérative est de s’émanciper de la spéculation immobilière. La solidarité dans le budget est inscrite dans le marbre.

Pour accéder à un logement, il faut investir 30 000 euros (45 000$), équivalent à l'acquisition des parts sociales.

Les habitants doivent verser chaque mois une redevance allant de 600 à 800 euros (900 à 1200$) selon la taille de l'appartement. Ce loyer permet de rembourser les prêts.

En plus de leur appartement, les résidents ont accès à deux chambres d’amis, à une salle et une cuisine communes, un atelier de bricolage, une buanderie, au bureau de l’association. Récemment, une petite médiathèque, un espace culturel commun, a vu le jour dans les coursives de l’immeuble. Comme c’est le cas pour l’atelier de bricolage et pour le jardin, la médiathèque se développe avec la mutualisation des biens. Chaque habitant y place ses livres, CD et DVD.

Le bâtiment comprend 16 logements de 45 à 55 m2. L’immeuble fonctionne en démocratie participative. Chaque décision est prise de manière collégiale, en consensus. Si une personne est opposée à une décision, celle-ci est annulée. Une réunion de plus de deux heures a lieu chaque semaine entre les habitants, et une assemblée générale se tient une fois par mois réunissant les 40 adhérents de l’association qui ne sont pas tous des résidents de l’immeuble. Le but étant de discuter des investissements, des projets de panneaux solaires et de récupérateur d’eau de pluie, de la vie en communauté, de l’aménagement des parties communes, etc.

Tous les espaces de l’immeuble, des parties communes aux logements individuels sont accessibles en fauteuil roulant. Les couloirs, les salles de bains et les dimensions des portes sont plus larges que la normale.

L’immeuble respecte en tout point les normes du développement durable. Le bâtiment est l’un des plus grands de la région à être isolé en paille, la façade est faite de bois, de manière à réduire l’empreinte énergétique de l’ensemble. Comme dit précédemment, une fois les fonds réunis, la coopérative installera des panneaux solaires et un système de récupération d’eau de pluie pour tendre vers l’autosuffisance. Les déchets organiques sont compostés pour être ensuite utilisés pour nourrir la terre.

---

Jerry Espada 12 juillet 2021 à 10:20

"Ils montent une coop pour vieillir ensemble". https://www.lavoixdelest.ca/actualites/ils-montent-une-coop-pour-vieilli...

Après six ans de rencontres, de réflexions et de discussions entre 24 amis, puis 16, ils sont finalement 6 à avoir sauté à pieds joints dans ce rêve devenu réalité : celui d’habiter tous ensemble dans une grande maison, pour s’aider les uns les autres, et vieillir ensemble. De ces six, un couple s’est finalement retiré, voyant leur état de santé se dégrader.

Chacun paie un loyer et contribue au budget commun pour la nourriture, la maison étant enregistrée comme coop appartenant à une personne morale, et non aux habitants.

Comme une coopérative comporte habituellement plusieurs logements, ils ont rencontré quelques difficultés dans l’élaboration de leur projet, une seule grande maison ne «correspondant à aucune case». Quelques embûches se sont notamment présentées au niveau des assurances, de la banque et de la Ville.

---

Jerry Espada 9 juin 2021 à 11:30

"Les résidences privées pour aîné.e.s au Québec : portrait d'une industrie milliardaire" (IRIS).
https://www.passerelles.quebec/publication/2021/publication-de-liris-les...

---

Jerry Espada 8 mars 2021 à 10:37

Le concept du "cohabitat" - https://www.cohabitat.ca/ - en vidéo dans "Une pilule, une petite granule" - https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=rHFOIW9RAMw&feature=share

À 3"07 : "Jamais j'irai (dans une maison de retraite), les retraités ensemble, ça fait juste vieillir pis mourir ensemble. Dans le rapport annuel, c'est combien il y a eu de morts cette année et combien de fois l'ambulance est venue. Quand on vit avec toutes sortes de personnes, de toutes générations, je peux jouer au père, au grand-père, à l'ami, au voisin. J'ai tous les rôles que je rêvais d'avoir".

À 4'47 : le fonctionnement, entre sociocratie et formations.

En complément dans un commentaire ci-dessous : https://villageurbain.org/cohabitat

---

Jerry Espada 22 février 2021 à 15:49

Une Maison des aînés et alternative à Drummondville.

- 72 places dont 60 pour les personnes aînées et 12 pour les adultes ayant des besoins spécifiques.
- chambres individuelles avec toilette et douche adaptée.
- 6 unités de vie climatisées de 12 places chaque.
- un accès à des espaces extérieurs aménagés et à des installations intérieures adaptées aux besoins des résidents et des proches.
https://www.newswire.ca/news-releases/le-depute-sebastien-schneeberger-e...

Une habitation du même genre, mais pouvant accueillir 120 personnes, avait été annoncée à Sherbrooke en novembre 2020.
https://www.msss.gouv.qc.ca/ministere/salle-de-presse/communique-2456/

 

---

Jerry Espada 8 février 2021 à 15:40

Et pourquoi pas Le cohabitat développé par l'organisme Village Urbain?
https://villageurbain.org/cohabitat

Être bien chez soi et mieux ensemble! C'est reconstituer l'esprit villageois en milieu urbain, mais aussi le pari lancé par Village Urbain. Un pari inspiré d'exemples d'ailleurs à découvrir.

---

Denise Denis 7 décembre 2020 à 11:36

Nicole Poirier a développé l'approche Carpe Diem à Trois-Rivières. Une ressource Alzheimer qui aborde la personne à partir de ses forces et la résidence est structurer pour respecter ces forces.
Ce modèle fait des petits en France et ailleurs.
https://alzheimercarpediem.com/

---

Jerry Espada 27 novembre 2020 à 14:57

Dans sa note socioéconomique "De nouvelles institutions pour les aîné.e.s" (juin 2020), Éve-Lyne Couturier, chercheuse à l'IRIS, analyse la situation des personnes âgées au Québec.https://cdn.iris-recherche.qc.ca/uploads/publication/file/Institutions_a...

Résumé

La population vieillissante du Québec est de plus en plus
nombreuse et est confrontée à un nombre important d’obstacles pour répondre à ses besoins de logement, de finances personnelles, ou encore de santé.

De nouvelles institutions doivent être créées pour répondre à leurs besoins, notamment ceux des plus vulnérables.

Cela devrait passer par la mise en place :
1- d’une Direction de la protection des aîné·e·s qui chapeauterait un guichet unique permettant d’orienter et d’accompagner les personnes rencontrant des problèmes.
2- d’un Commissariat aux milieux de vie chargé d’évaluer la situation de vie des personnes aîné·e·s sous tous ses angles et d’apporter les changements
nécessaires de façon continue.

---

Jerry Espada 27 novembre 2020 à 14:47

Dans ce billet, l'IRIS jette un regard sur les récentes demandes des hébergements privés pour aîné.e.s afin d'obtenir une aide financière de l'État.
https://iris-recherche.qc.ca/blogue/une-residence-pour-tous-mais-les-pro...

Résumé

Au Québec, le secteur de l’hébergement pour aîné.e.s est majoritairement privé, mais le coût des services est en bonne partie assumé par l’État.
Ce marché de l’hébergement privé est très contrasté entre des petites résidences qui peinent à survivre et des résidences de grande taille, en pleine expansion tout comme les groupes immobiliers qui les possèdent.

Ces groupes ont fait des demandes d'aide financière au gouvernement afin d'assurer leurs services sans augmenter les loyers des résidents.

Ce modèle privé est-il viable? Si oui, pourquoi fait-il de telles demandes? Si non, pourquoi l'État devrait-il aider financièrement un modèle non viable?

---

Jerry Espada 21 décembre 2020 à 7:57

Dans le même sens que ces questions, voici un témoignage d’une préposée du public, envoyée dans une résidence privée pour combler les besoins en personnel. Une étude plus approfondie sur le modèle privé mériterait d’être faite.
https://www.lesoleil.com/chroniques/mylene-moisan/deshabiller-le-public-...’hui%3A+déshabiller+le+public+pour+habiller+le+privé

---

Jerry Espada 25 novembre 2020 à 11:29

La Société canadienne d'hypothèque et de logement (SCHL) possède une véritable mine d'informations concernant le logement au Canada.

J'ai découvert ce "Guide du marché des plus de 55 ans : concevoir le projet" (révisé en 2020).
https://assets.cmhc-schl.gc.ca/sites/cmhc/data-research/publications-rep...

Il présente un survol des pratiques exemplaires et des approches novatrices en matière de conception et de production de logements pour aînés.
Il s’adresse autant aux promoteurs des secteurs privé et sans but lucratif, aux planificateurs et aux concepteurs, en passant par les organismes de services sociaux, les spécialistes des politiques
municipales et le personnel des provinces et des
territoires qui travaille à la coordination d’initiatives
favorisant la vitalité des collectivités.

---

Émanuèle Lapierre-Fortin 23 novembre 2020 à 11:50

 Ian Fournier

Une série de capsules vidéo sur ce thème seront bientôt disponibles sur https://www.facebook.com/HabitationAines.ca

---

Jerry Espada 10 novembre 2020 à 13:03

 Vanessa Sorin

Un vaste chantier de réflexions et d’actions vient d’être lancé sur les modes d'habitation, collectant les idées de tous horizons pour mieux (re)penser la gestion de l’habitat et des liens sociaux des aînés, actuels et futurs.
https://plus.lapresse.ca/screens/902f136a-099f-4364-8b38-b4068f8ad922__7...

L’organisme Un et un font mille vient d'initier le grand forum "Habitats" où artistes, scientifiques, intervenants communautaires et citoyens seront conviés pour faire mousser des idées d’action originales et pragmatiques, autour de la question centrale : comment voulons-nous habiter notre vieillesse ?
https://www.un-et-un-font-mille.com/

Des ateliers à huis clos se sont tenus le mois dernier, où intervenants canadiens et allemands ont pu interagir. En ce moment, du 10 au 12 novembre, le grand public pourra aussi participer autour de trois grandes rencontres Zoom.
- Pouvoir citoyen : 10 novembre à 19h
https://www.forum-habitats.com/event-details/pouvoir-citoyen
- Tabula Rasa : 11 novembre à 19h
https://www.forum-habitats.com/event-details/tabula-rasa
- Maisons sans mur : 12 novembre à 19h
https://www.forum-habitats.com/event-details/maisons-sans-mur

Ce grand forum se déroulera sur trois ans, bénéficiant d’un partenariat avec le Goethe Institut, Percolab coop, l’École d’innovation sociale Élisabeth Bruyère et l’Institut Présâges.
https://www.forum-habitats.com/

---

Jerry Espada 2 novembre 2020 à 9:30

Je remonte ici deux hébergements d'intérêt mentionnés par Marie-France Bellemare et Éric Martel dans les sous-commentaires plus bas.

"La Coopérative d'habitation Le Réverbère dans le quartier Rosemont à Montréal compte un bâtiment pour familles, et un bâtiment pour personnes âgées juste à côté. Le concept est super, mais le défi demeure la possibilité restreinte des aînés, dont plusieurs atteignent maintenant les 80 printemps, de s'impliquer et de prendre en charge les différents aspects de la gestion et de l'entretien de leur coop. La coop de solidarité en ce sens apporterait probablement des avantages intéressants". (Marie-France Bellemare)
https://sites.google.com/cooplereverbere.com/accueil/description

La Coopérative Oasis des lacs, à St-Denis-de-Brompton (Estrie). Opérationnel dès l'automne 2021, l’immeuble comptera 20 logements pour les personnes de 75 ans et plus dans un objectif de socialisation. Il faut que les membres s’impliquent par du bénévolat ou en participant à des activités. Il faut aussi qu’ils prennent un repas par jour à la salle à manger.
https://www.latribune.ca/actualites/saint-denis-de-brompton--un-toit-coo...

---

Jerry Espada 19 octobre 2020 à 21:59

Un hébergement pour personnes atteintes d’alzheimer à Magog en Estrie.
https://www.facebook.com/211536155525838/posts/3745352052144213/?vh=e&ex...

---

Jerry Espada 28 septembre 2020 à 13:18

Pendant ce temps, les "Toitsmoinous" expérimentent une formule collective nouveau genre en France (Vidéo).

11 aînés ont emménagé avec cinq familles, dont treize enfants, dans un immeuble qu'ils se sont fait construire. Chacun a son appartement mais ils partagent certains espaces. Solidarité, partage, éclats de rire et… quelques frictions !

https://www.francetvinfo.fr/sante/senior/video-les-voisins-heureux_41078...

---

Geneviève Roberge 21 septembre 2020 à 11:31

Le projet "Accompagnement de citoyens porteurs d'un projet collectif d'habitations pour aînés" a été lancé le 30 septembre.

https://passerelles.quebec/publication/2020/projets-collectifs-dhabitati...

Le site web du projet est maintenant en ligne https://habitationaines.ca/!

La page fb est aussi disponible https://www.facebook.com/HabitationAines.ca et vous pouvez y visionner le LIVE du lancement du 30 sept.

---

Jacques Beaudoin 26 août 2020 à 13:46

Les professeurs Louis Demers (ÉNAP) et Gina Bravo (UdeS) mènent actuellement un projet de recherche sous le thème «Relever le défi d’offrir aux aînés québécois à faible revenu des logements collectifs abordables et qui répondent à leurs besoins». Les résultats sont présentés sous forme de fascicules, dont les trois premiers sont disponibles ici: http://recherche.enap.ca/128/Publications-et-projets-de-recherche.enap. On y trouve des données intéressantes.

---

Jerry Espada 26 août 2020 à 14:34

Merci pour cette information! Contenus très intéressants!

---

Jerry Espada 20 août 2020 à 11:15

Une maison des aînés alternative à Lévis en 2022.
«Nous allons prendre les personnes en perte d’autonomie modérée et les garder pour qu’il y ait un prolongement pour ne pas déménager les personnes d’un endroit à un autre», a précisé Marguerite Blais.

Cette maison des aînés et alternative est un type d’hébergement nouveau genre qui ressemble plutôt à un domicile qu’un milieu hospitalier.
https://www.journaldelevis.com/1120/Soci%C3%A9t%C3%A9_.html?id=78216

En juin 2020, le Journal de Québec faisait le point sur le développement de ces maisons des aînés qui seront de dimensions plus petites et plus nombreuses que prévu initialement dans le projet de la CAQ.
https://www.journaldequebec.com/2020/06/17/maisons-des-aines-la-facture-...

---

Éric Martel 10 septembre 2020 à 8:38

Il y a celle là que tu dois connaitre Jerry ?

https://www.latribune.ca/actualites/saint-denis-de-brompton--un-toit-coo...

---

Marie-France Bellemare 30 octobre 2020 à 17:56

La Coopérative d'habitation Le Réverbère dans le quartier Rosemont à Montréal compte un bâtiment pour familles, et un bâtiment pour personnes âgées juste à côté. Le concept est super, mais le défi demeure la possibilité restreinte des aînés, dont plusieurs atteignent maintenant les 80 printemps, de s'impliquer et de prendre en charge les différents aspects de la gestion et de l'entretien de leur coop. La coop de solidarité en ce sens apporterait probablement des avantages intéressants.

 

 

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.