L'environnement, un enjeu municipal et citoyen

De plus en plus de municipalités posent des gestes verts.  Qu'ils soient petits ou grands, voici des exemples inspirants.

Dans les Laurentides, les petites municipalités de Prévost, Piémont et Val-David ont embarqué dans la transition socioécologique afin de changer la dynamique de leur communauté.  Voici une série d'actions portées par les 3 municipalités :  installation de bornes électriques, stationnements incitatifs, flotte de véhicules électriques, gestion des eaux usées et des matières résiduelles, plantation massive d’arbres, achat local, achat immobilier dans un but de protection et conservation du territoire, installation de ruches et de bacs à fleurs comestibles ainsi que banissement des sacs plastiques, 

Ailleurs au Québec, certaines municipalités et arrondissements ont mis en place des budgets participatifs environnementaux comme Trois-Rivières et Plateau Mont-Royal.  D'autres comme Rosemont - La Petite-Patrie modifie complètement leur gouvernance (planification urbanistique) pour placer l’environnement et les citoyens au cœur de leurs actions. 

Lac-Mégantic a investi dans le solaire pour animer son centre-ville, pendant que Victoriaville a co-créé une Chaire de recherche pour les villes durables

Finalement, la MRC de Maskinongé s'est donnée comme objectif de devenir carboneutre en 2023 (vidéo).

Si les municipalités ont un grand rôle à jouer dans la transition socioécologique, il ne faut pas oublier le rôle tout aussi important des groupes citoyens pour sensibilser leur municipalité et agir concrètement, soit comme "acteurs à la source" (recyclage, porteur de projets verts, ...), soit comme initiateurs de réformes administratives comme le mouvement Laval en Transition qui a déposé au conseil municipal de novembre 2020 une grille d'évaluation de l'acceptablité sociale et environnementale des grands projets immobiliers et d'aménagement du territoire lavalois. La Ville de Laval encourage d'ailleurs la participation citoyenne avec "Repensons Laval" qui présente les grands chantiers de la ville. Soit encore en tant qu'organisme de mobilisation et d'action citoyennes comme Solon à Montréal.

Évidemment, on peut se poser la question de savoir si la multiplication de gestes verts ponctuels ne devrait pas s'inscrire dans des visions et des planifications locales créatrices d'une plus grande cohérence comme la MRC de Maskinongé semble le faire ou encore la Ville de Montréal. Une telle approche permettrait de favoriser une transition socioécologique plus rapide, notamment par la mobilisation et une convergence de nombreux acteurs qui seraient ainsi guidés dans leurs actions. "L'enjeu climatique, par quel bout commencer?" aborde cette question.

N'hésitez pas à partager les bons coups et les planifications environnementales de vos municipalités et MRC dans les commentaires ci-dessous afin d'en inspirer d'autres et de contribuer à une réelle transition socioécologique au Québec.

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.