Sur notre difficile souveraineté alimentaire

Très bon article de Patrick Mundler, Professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, Université Laval.

" Premier enseignement, le Québec est plutôt bien nanti en terres agricoles relativement à sa population.

Deuxième enseignement, le Québec produit presque deux fois plus de calories que ce que consomme sa population.

Troisième enseignement, le gros de notre production agricole sert à nourrir des animaux, et une partie tout de même significative sert à nourrir nos automobiles.

Quatrième enseignement, excepté les productions sous gestion de l’offre, l’agriculture québécoise n’est pas organisée et structurée dans l’objectif de nourrir sa population.

Quels enseignements plus transversaux tirer de ces quelques rappels ? L’agriculture du Québec est un gros paquebot et personne ne pourra le faire virer d’un coup de baguette magique. Mais si l’on veut penser une transition de notre agriculture afin qu’elle soit la garante de notre approvisionnement alimentaire, il faudra bien se poser la question de certains choix fondamentaux qui sont faits sur l’utilisation de nos terres agricoles et sur la répartition des soutiens issus des politiques publiques."

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.