Encourager la mobilité durable

Dans le cadre du Forum national de l'action climatique, qui se déroule du 25 au 28 janvier 2021, la matinée du 27 janvier était consacrée à la mobilité durable.

Parmi les initiatives 

  • Les plateformes régionales Embarque : pour faciliter la recherche d’options de transport collectif et actif offertes en région (Exemple en Estrie).
  • Regîm : (Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine): la Régie vise à offrir des solutions de mobilité durable à l’ensemble de la population de la région.
  • Stationnement écoresponsable.
  • Les centres de gestion des déplacements, par exemple Voyagez futé (Montréal).

Comment amener un changement de paradigme? (par Jérôme Laviolette)

  • Niveau politique et institutionnel

- Reconnaître et comprendre la culture d'automobilité et ses résistances au changement.
- Prendre en compte l’ensemble des conséquences de l’automobilité et les bénéfices de la mobilité durable dans les décisions.
- Engager toutes les parties prenantes : approche transdisciplinaire.
- Revoir les pratiques et les normes au sein des organisations/municipalités.
- Collecter des données pour quantifier les changements.

  • Niveau citoyen

- Co-construire avec les citoyen-nes la mobilité durable de demain.
- Prévoir l'opposition d'une minorité, bâtir des stratégies de communication pour des projets contentieux.
- Promouvoir la mobilité et des styles de vie durable | Changer les attitudes et normes.
- Soutenir le changement de comportement : outiller/informer/encourager l’utilisation des alternatives à l’auto-solo.

Résumé de ce qui a été dit 

  • La mobilité touche d’autres enjeux : la conservation des milieux naturels, les saines habitudes de vie, la réduction des coûts d’entretien des infrastructures. Tout est interrelié, c’est un système. (...) Il ne faut pas opposer les objectifs. Il ne s'agit pas de dépenses, mais d'investissement.
  • On doit miser sur une approche globale de notre vie en société et non seulement sur l'offre de transport.
  • Il faut avoir une vision à long terme à la fois sur la mobilité et le développement territorial. Dans ce sens, la vision doit se porter sur l'ensemble du territoire, sans frontière entre les MRC et municipalités.  
  • À court terme, le "cocktail de transport" fait partie de la solution, notamment en région. 
  • Dans les régions moins denses, il faudrait miser sur le transport à la demande : covoiturage, taxibus, autopartage... 
  • Dans les régions plus dense, il faudrait miser sur les clientèles régulières des points A aux points B (principaux lieux de travail, d'éducation, de santé).
  • iI faut augmenter le coût du déplacement en automobile, tout en offrant d’autres options de déplacement intéressantes. Le principe de l’écofiscalité : des taxes, des tarifs ou des redevances voués à (1) limiter les activités polluantes des individus et des entreprises, (2) faire assumer les coûts cachés de ces activités, (3) générer des revenus publics à redistribuer. Par exemple, les péages et la tarification routière.
  • Le seul outil qui a démontré son efficacité pour contrôler la congestion, c’est la tarification routière. Alors que la congestion a un coût énorme, la tarification routière permettrait de mieux réaffecter ces coûts dans la société. Mais ça prend de la communication, de l’éducation et d’aller vers les gens et leur dire :  les endroits où on a mis des péages urbains pour contrôler la congestion, ça s’est résulté par une économie qui fonctionnait mieux.

Plus de contenu 

Vidéos des conférences 

 

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.