Découvrabilité des arts de la scène – pour mutualiser les données du spectacle

Modèle entités-acteurs des arts de la scène

Comme toute carte mentale, elle ne sera jamais définitive. En voici une nouvelle qui m'apparaît aujourd'hui nécessaire. Elle présente les données que peuvent s'échanger ou se partager les acteurs des arts de la scène, du spectacle, au Québec et au Canada. Ce que l'on appelle mutualiser des données.

Le grave hiatus qui affecte ce secteur de la culture vivante depuis mars 2020 aura vu naître ou se développer plus d'une dizaine d'initiatives numériques qui ont toutes pour objectif de « booster » la découvrabilité de l'offre. Lorsque les choses reviendront un peu à la normale, ces outils pourraient s'avérer très utiles.

Pour activer la découvrabilité d'une date de spectacle, il importe de la mettre en avant et de la documenter avec à la fois les informations temporelles et localisées qui concernent le lieu et la date, mais il faut aussi savoir décrire l'artiste interprète et le connecter avec ses univers esthétiques, contextualiser le show. On s'entend que nous ne voulons pas que tous les acteurs de la chaîne de la diffusion ré-écrivent, tour à tour, une biographie de l'artiste ou une description du spectacle, d'où l'intérêt de mutualiser le travail. Si on applique cette logique au cinéma, il est fort utile de voir que C.R.A.Z.Y., le grand flm québécois de Jean-Marc Vallée, recense plus de 50 champs descriptifs sur Wikidata et autant de liens externes (les identifiants uniques) incluant sa fiche sur IMDb (https://www.wikidata.org/wiki/Q1022379 | https://www.imdb.com/title/tt0401085/). Ce sont là des exemples de données réutilisables.

La carte mentale que je vous propose est une mise à jour de celle réalisée en 2017 pour l'État des lieux sur les métadonnées relatives aux contenus culturels de l'Institut de la statistique du Québec. Permettez-moi de vous la présenter.

Il faut lire le graphe à partir de la gauche, à partir des étapes de création de l'œuvre et de la documentation sommaire de l'offre, vers la droite, où nous retrouvons ultimement les publics. Tout d'abord sont illustrées en couleurs primaires les données qui constituent un spectacle selon un modèle des sciences de l'information que l'on appelle le OEMI pour œuvre, expression, manifestation et item. À l'instar du projet de données de l'Association canadienne des organismes artistiques (CAPACOA) des exemples (entités) récupérés de la pièce J'aime Hydro sont utilisés. On y voit les champs descriptifs clés que sont les noms des personnes impliquées (bleu) ou encore les lieux (rose). On y voit aussi en couleur, des flèches (les relations, prédicats, propriétés) une hypothèse de tracé, qui unit ces informations les unes aux autres. Les échanges sont parfois unidirectionnels et parfois bidirectionnels. Idéalement, ils se cumulent les uns aux autres, s'enrichissent.

En gris, on voit les organisations qui ont reçu des aides publiques et qui développent actuellement un écosystème de la donnée. Ce sont des producteurs de données qui récupèrent d'un côté les informations descriptives et les mettent en condition pour créer de l'intelligence d'affaires, des outils logiciels pour accompagner les artistes et les diffuseurs. Prenons pour exemple Scène Pro qui offre un catalogue de l'offre disponible ou encore les billetteries qui vendent les places. Si l'information contenue dans le catalogue est livrée à la billetterie, le dédoublement des efforts est évité et les erreurs de contenus seront moins fréquentes. Enfin, en violet, nous voyons quelques acteurs « purs » de la donnée qui structurent celle-ci pour la rendre exploitable ou interprétable par les machines, les sites Internet et par les humains.

Il va de soi que les acteurs de la donnée du spectacle devraient profiter de la crise COVID pour accélérer leurs échanges sur leurs modèles de participation à cet écosystème et sur les relations qu'ils peuvent développer entre eux pour faire face à la reprise avec de meilleurs outils.

Si vous détenez un profil Lucidchart, il est possible d'aller commenter le graphe ou demander la permission de le modifier à l'adresse suivante https://bit.ly/OEMIscene. Vous pouvez évidemment y réagir dans la communauté de pratique en Découvrabilité du site Passerelles (https://bit.ly/passerelledecouvrabilite).

Merci au LATICCE, CAPACOA, CultureCreates, ScènePro, Les SMAQ, le Centre des arts Juliette-Lassonde, l'Association québécoise des marionnettistes et à toutes celles et ceux qui participent à la conversation sur la Découvrabilité des contenus culturels en ligne.

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.