Saint-Côme serre la vis à Airbnb

Par Zacharie Goudreault dans Le Devoir | "Aux grands maux les grands remèdes. Faisant face à une montée en flèche de la valeur des propriétés sur son territoire, aux plaintes de plusieurs de ses résidents et à une action en justice, la municipalité de Saint-Côme, dans Lanaudière, a adopté une nouvelle réglementation pour mieux encadrer les locations à court terme de type Airbnb. Mais des inquiétudes demeurent."

  • Changements notables depuis 2-3 ans
    • « Ça fait depuis les années 1960 qu’on vit ici et on voit de gros changements depuis deux ou trois ans, remarque-t-il. Il y a des investisseurs qui achètent simplement pour faire de la location à court terme. »
  • Problème de quiétude pour les résident·es
    • « Les clients à court terme ne viennent pas pour lire Marcel Proust. Ils viennent pour faire le party, ils veulent avoir du fun. Ça dure des heures intenables, et il y a des comportements inappropriés »
  • Problème de spéculation immobilière
    • "ces résidences de tourisme, louées pour plusieurs centaines de dollars la nuit, font grimper la valeur foncière des propriétés et leur prix de vente. (...) « On a des propriétés pour lesquelles 63 offres d’achat ont été déposées et qui se sont vendues trois fois le prix de la valeur [foncière]. Et elles étaient destinées à des gens qui voulaient faire de la location à court terme »"
  • Modifications réglementaires à Saint-Côme
    • " la municipalité a donc adopté la semaine dernière des changements à son règlement d’urbanisme inspirés directement du modèle mis en place aux Îles-de-la-Madeleine et qui visent à empêcher la création de nouvelles résidences de tourisme hors des zones de villégiature"
  • Demande de jugement déclaratoire
    • pour que les résidences Airbnb soient considérées commes des commerces
      • " l’association de propriétaires a déposé en octobre dernier une demande en jugement déclaratoire devant la Cour supérieure afin que les résidences de type Airbnb soient considérées comme des commerces afin d’en interdire de facto la présence autour de ce plan d’eau"
    • pour que le droit acquis ne puisse pas s'appliquer aux résidences Airbnb actuelles
      • "« Les Airbnb dans la zone du lac Clair n’ont jamais été conformes à la réglementation municipale. Ils ont bénéficié d’un laxisme de la municipalité pour continuer à opérer », martèle l’avocat, qui déplore « une complète dénaturation du concept de droit acquis » par la municipalité de Saint-Côme."

Commentaires

Pour consulter les commentaires ou pour commenter cette publication, vous devez vous connecter sur Passerelles ou vous inscrire.